Bâtiment El Olivillo, Cadix

Description

Le bâtiment a un plan d’étage en forme de W créé à partir de différents modules structurels exécutés à des moments différents. Il a fallu entretenir la plupart des façades, à l’exception des tours de toit et des façades arrière du module central. La façade à entretenir à une hauteur de 18,2 m. Environ 146 ml de façade sont maintenus, donc la surface des murs à préserver s’élève à environ 2 657 mètres carrés.

Information détaillée

Au départ, c’était un travail habituel où ils nécessitaient un étançonnement, et avec ce propos a été conçue la première solution. Cependant, d’innombrables découvertes sur place ont modifié les exigences de rigidité et donc la solution définitive. Depuis le bâtiment initial, un module structurel indépendant dans l’aile gauche a été précédemment démoli, ce qui a permis le placement de la tour dans cette zone.

C’était une façade avec un type de brique spécial, et à cause de ceci la MOE nous a demandé de procéder à un raidissement supplémentaire des façades. Pour cela, des voiles verticales extérieures et intérieures ont été ajoutées aux façades, liées les unes aux autres au niveau du sol et à des hauteurs intermédiaires, créant un cadre avec les poutres horizontales. La découpe des voiles et des poutres horizontales est faite selon la nouvelle structure à exécuter, permettant le démontage partiel des pièces, en maintenant les niveaux des étançons intérieurs pendant l’exécution de la structure.

Seulement la structure « nue » et les façades du bâtiment d’origine sont maintenues, même les 2 escaliers principaux avaient été démolis. Les planchers ouverts (sans cloisons ni revêtements de sol) auraient dû faciliter la distribution du matériel et l’assemblage, mais cela a changé lorsque tous les planchers ont dû être étayés pour des raisons de sécurité, en raison de la dégradation des dalles observée, de sorte que les planchers étaient saturés de butons légers télescopiques.

Les zones courbes de la façade principale n’étaient pas des façades porteuses, il s’agissait de parapets de terrasse fermées. Pour garantir leur intégrité, notre client a dû construire des piliers et des poutres en béton, préalables à notre montage, et démolir l’élément qui les soutenait (le surplomb des planchers), pour servir d’éléments structurels du nouveau bâtiment.

Au départ, le montage de l’étançonnement devait commencer par une extrémité de la façade et finir par l’autre, mais en raison des délais des travaux, 3 jalons ont été certifiés indépendamment : module aile gauche, module central et reste du bâtiment (aile gauche et zones courbes). De cette manière, lors de l’assemblage du module central, l’aile gauche était déjà en cours de démolition et de la même manière, le module central a commencé à être démoli lorsque l’assemblage de l’aile droite était en cours d’achèvement. Cela a été possible car il y avait des modules structurels indépendants (avec des joints structurels parfaitement définis).

La solution se compose de 2 tours de support dans la cour arrière attachées aux façades arrière à 4 niveaux différents. Ces façades arrière sont reliées aux façades avant par des entretoises horizontales sur les 4 mêmes niveaux. De cette manière, les charges agissant sur les façades avant sont transmises à travers les entretoises horizontales à l’arrière du bâtiment, où elles sont reçues par les tours et transmises à leurs fondations de micropieux (conçues et exécutées expressément pour les tours). Il existe un 5ème niveau de poutres d’attache (sans entretoises) pour garantir le pont. Les 5 niveaux sont liés aux voiles verticales qui naissent du niveau du sol du rez–de–chaussée.

Pour l’assemblage de la structure, il fut nécessaire d’ouvrir au préalable un grand nombre de trous dans les planchers et les murs pour permettre la continuité des voiles et poutres d’attache, car cette continuité offre une plus grande rigidité que s’il s’agissait d’éléments discontinus.

Le matériau principal utilisé est Superslim à l’exception des tours formées par des pieds en Megaprop. Il existe également du matériel accessoire pour les diagonalisations et lié par des tubes et des Rapid Tie. L’assemblage a été assisté au moyen de la grue-tour du chantier, de la plateforme élévatrice articulée et des corps d’échafaudage pour les cages d’escalier démolies. 

Étant sur la première ligne de côte, nous avons plusieurs zones du bâtiment où le vent frappe directement de la mer sans abri d’aucune sorte. Ceci uni au climat de Cadix (zone C de la carte des vents qui implique la pression du vent dynamique maximale possible) et que la MOE nous a demandé de ne pas prendre en compte la réduction due à la temporalité de la structure, il s’avère que les charges de vent envisagées sont parmi les plus fortes que l’on puisse considérer pour ce type de structure.